Les inlays dentaires : comment sont ils remboursés ?

inlays dentaires

Publié le : 05 juillet 20236 mins de lecture

Implant dentaire utilisé pour prendre soin d’une dent dévitalisée avec des racines fortement délabrées, l’inlay core désigne un soin complexe dont le coût est assez élevé. La pose de cet implant relève exclusivement des compétences d’un stomatologue ou d’un chirurgien-dentiste. Ce dispositif médical ne pourrait être à la portée de tous les budgets, à moins d’avoir une mutuelle adaptée, d’où cet article relatant les essentiels à savoir sur le remboursement de ces inlays dentaires.

Qu’est-ce que l’inlay dentaire ?

Appelé aussi inlay core, l’inlay dentaire est un implant servant à restituer une dent dévitalisée, dont les racines sont fortement délabrées. Cette prothèse est composée d’un tenon est d’un moignon, ce qui lui a valu la dénomination « faux moignon ». Elle sert notamment de support à une couronne, tout en renforçant la jonction entre celle-ci et la racine. Proposée par le chirurgien-dentiste de manière à éviter l’extraction de la dent et de la pose d’implant, il s’agit d’une solution moins invasive, qui plus est, peut être remboursée partiellement par une mutuelle complémentaire comme sohsocial.

Ce support sert à accueillir la nouvelle partie visible de la dent, pour avoir un rendu esthétique parfait, impliquant un soin spécialisé et un coût conséquent. Alternative pratique et efficace au plombage, cette prothèse représente un soin adapté pour une dent fracturée ou atteinte de carie, et aux racines fragiles.

Le prix de l’inlay dentaire varie en fonction du matériau, qui peut être des plus nobles aux plus précieux, dont entre autres, la résine composite, la zircone, le céramique et même l’or. Ces matières représentent un facteur influant sur le coût, en plus des honoraires du dentiste spécialiste.

Quel remboursement par la Sécurité Sociale ?

Les soins dentaires en général représentent déjà des dépenses conséquentes, alors pour un inlay dentaire, il s’agit d’une autre paire de manches. Le patient a tout à fait le droit de s’inquiéter de son coût, surtout s’il ne dispose pas d’une protection sociale adaptée. Effectivement, le coût d’un inlay core oscille entre 200 et 700 € en fonction de la dent, du matériau utilisé pour l’implant et de la difficulté estimé par le chirurgien-dentiste au sujet de la restauration. En l’occurrence, pour le coût minimum, la Sécurité Sociale rembourse 70%, ce qui semble encore peu élevée par rapport aux frais réels. Afin d’avoir un remboursement complémentaire, il convient d’adhérer à une mutuelle complémentaire, plus précisément une mutuelle dentaire.

Quel remboursement par la mutuelle dentaire ?

Souscrire une mutuelle pour avoir une couverture complémentaire est la meilleure solution pour optimiser ses dépenses en soins dentaires spécifiques et complexes. Encore faut-il bien choisir une mutuelle complémentaire qui propose les formules les plus adaptées à ses besoins.

Le remboursement d’un inlay dentaire est calculé en fonction de la prime de l’adhérent et du panier qu’il a choisi. Aussi, il faut bien comparer les devis proposés afin de trouver une mutuelle qui offre une complémentaire santé permettant de soulager son portefeuille une fois les besoins en soins dentaires remboursés.

Comment optimiser ses remboursements dentaires ?

Adhérer à une protection sociale offrant une couverture complémentaire représente la meilleure alternative pour réduire ses dépenses dentaires et celles de sa famille. Effectivement, certaines mutuelles prennent en charge le reste à payer de manière conséquente sur les soins de type prothèse. Pour y accéder, la comparaison des offres reste le meilleur moyen, afin de pouvoir changer de mutuelle pour les assurés ayant expiré le délai contractuel de 1 an.

Dans la mesure du possible, il convient de bien choisir son chirurgien-dentiste en fonction de ses compétences et pas sur les prix. La santé est un trésor précieux dont il faut prendre soin de la meilleure manière. Aussi, pour éviter des dépenses hors budget, il est impératif de s’assurer de la fiabilité des formules proposées par la mutuelle dentaire choisie. Il est aussi nécessaire de veiller à bien s’informer sur la notion de délai de carence pour éviter un non-remboursement des frais.

Afin d’éviter les mauvaises surprises, il est indispensable de s’informer sur les plafonds annuels appliqués par certaines mutuelles. Les remboursements peuvent être limités à un ou deux soins dentaires dans l’année.

Quels conseils pour réduire ses dépenses dentaires ?

Au vu des tarifs appliqués par les spécialistes pour la pose d’une prothèse ou d’un implant, la meilleure solution s’avère être un soin quotidien des dents. Une bonne hygiène bucco-dentaire permet de réduire ses dépenses dentaires. Cela consiste notamment à bien appliquer les conseils du dentiste dont entre autres, le brossage des dents 3 fois par jour, en tenant compte de la méthode la plus adaptée. Sinon, l’utilisation des divers accessoires de nettoyage est aussi recommandée. Il s’agit du fil dentaire, brossette et fil de soie qui servent à éliminer tous les résidus et réduire l’apparition de la plaque dentaire, caries, maladies gingivales et parodontales. Enfin, en complément de l’hygiène quotidienne, il faudrait un passage chez le dentiste pour un détartrage deux fois par an.


Manucure et épilation professionnelle : l’équipement essentiel pour réaliser vos soins à domicile
Les avantages de la maison médicale de garde à Niort et de SOS Médecin : réduire les pressions sur les urgences

Plan du site